samedi 23 avril 2011

Les Nubians - Nü Révolution [Chronique]

Il est des retours que les amateurs de Nu Soul apprécieront plus que d'autre. L'annonce du nouvel album du des Nubians est évidemment de ceux là tant il est représentatif d'un genre musical déjà vieux de 20 ans. En effet, si le genre est né avec des artistes tel que Sade, D'angelo ou Raphael Saadiq. Il ne fait aucun doute que les Nubians ont apporté une immense pierre à l'édifice avec "Princesse Nubiennes" en 1998 et "One Step Forward" sorti en 2003. 6 ans après leur dernier album "Echo", nous retrouvons Cécile et Hélène Faussart qui nous livre avec Nü Revolution, un album qui en ces jours sombres apportera, (on l’espère) un peu de soleil dans notre paysage musical.

Ainsi, après une longue et reposante écoute de l'opus, je n'ai qu'un seul conseil à vous donner : Laissez donc entrer le Soleil ! Faisons simple; quand la musique parvient à vous déconnecté et à vous apaisé au point de louper votre rendez-vous galant, c'est déjà la preuve que l'objectif de tout à art (contemplation, évasion, relaxation) est atteint, et surtout que le Come-back de nos Franco-camerounaise est tout simplement réussi.

Un Come Back réussi puisqu'il tranche clairement avec les précédents albums par son ambiance coloré et ses thématiques. L'ensemble se veut beaucoup plus Uptempo qu'à l'accoutumé tandis que l'on baigne sans retenu dans un bain de sonorité africaine entraînante et positive. Clairement dans la mouvance AfroPop du moment, les "Faussart Sister" invitent à la fête le légendaire saxophoniste camerounais Manu Dibango sur "Nu Soul Makossa" pour peaufiné l'ambiance propre aux vieux continent.

Toutefois, malgré l'ambiance volontairement consensuel et AfroPop, la Nu Soul n'est pas en reste sur Nü Révolution. En témoigne le très chill "Veuillez Veiller Sur Vos Rêves" en feat avec le rappeur MC John Banzai (que les fans de Dela connaissent bien) le soulful "Déjà Vous" avec Eric Roberson en invité de marque ou encore le rappeur Blitz sur "Les Gens" . N'en jetons pas plus (je vais vraiment raté mon rendez vous...), Nü Revolution est une réussite et s'avère être l'album le plus aboutit des jeunes femmes à ce jour. Indispensable bouffée d'air frai positive. Les Nubians offrent une ici un album qui en plus d’être admirablement bien produit, transpire la fierté des grandes femmes d'Afrique et se fait porte étendard de cette riche identité culturelle.

mercredi 13 avril 2011

Wiz Khalifa - Rollin Papers [Chronique]

Aujourd'hui CrazySongz s’intéresse au rappeur le plus tatoué de sa génération. Non, les groupies il ne s'agit pas de Lil Wayne (quoique). Non, aujourd'hui nous allons nous pencher sur le rappeur en vogue Outre atlantique, son nom: Wiz Khalifa. Rappeur connu pour son hit "Say Yeah" présent sur l'album Deal or No Deal sorti en indé en 2006, notre jeune "espoir" fait son retour avec un 3ème album très attendu.

Catapulté "Rookie of The Year 2010" par The Source et plébiscité par des grands noms comme Snoop Dogg ou encore P.Diddy. Khalifa est dorénavant dans le grand bain mainstream au grand dam de ses plus vieux fans.

C'est donc désireux de marquer sa place dans les hautes sphères du Rap Game US, que ce natif du Dakota a concocté plusieurs Bangers difficile à sortir de tête. En bon One Hit Wonder, il fut difficile cette année de passé à coté du single Black & Yellow, véritable hymne pour sa ville Pittsburgh. Ce single produit par les scandinaves StarGate marque le fil artistique de l'album. Production efficace et commercial, le tout appuyé par un flow Start & Stop propre au Rap Sudiste d'aujourd'hui. Rien de révolutionnaire certes, mais rien de dégueulasse non plus.

L'album dans sa construction me rappelle fatalement ceux de Nelly. Un enchaînement de Bangers et de sonorités entraînantes et faciles à retenir. Les autres Hitmakers (King David, Jim Jonsin) s'affairant à donner quelques relief synthétique à certains morceaux comme "Roll Up" ou "No Sleep", le tout pour un résultat assez convenu. Wiz Khalifa fait partie de cette génération complètement dans la mouvance "Fortune & Fame" comme le disait 2Pac (ce qui n'est pas un mal en soi), en tout cas c'est clairement ce qui se dégage de ce 3eme opus, Hits = Cash.

Néanmoins, l'album a son petit lot de "surprises": "The Race", "Start of The Show"  ou encore "Hopes & Dreams" offrent ici une brève lueur d'espoir en terme d'originalité. On aurait pu croire à un nouvel élan créatif avec les 3 pauvres featurings présent: Chewy Woods, Curren$y, et le légendaire Too Shoort  sur "Only Level". Rien de très Sexy. Au final, pour un 3eme album Wiz Khalifa signe avec Rollin Papers un album cohérent et bien construit mais très loin d’être indispensable non plus. Un album commercial de plus, que les plus exigeant oublieront très vite.

Lupe Fiasco - Laser [Chronique]

Je n'aime pas Lupe Fiasco.

Allons au but directement. J'ai au départ tout de suite accroché au style du bonhomme sur ses 1er albums Food & Liquor et surtout The Cool. Alors que je pensais avoir affaire au fils spirituel d'un Q-Tip et d'un AZ, je me suis retrouvé avec un mélange de Kanye West et de Kid Cudi... Un parallèle pas très crédible aux premiers abord mais qui trouve du sens si on fait l'effort d'observer le phénomène de plus près. Si au départ mon engouement pour Lupe fut justifié par des punchlines de hautes volées  et un sens du Storytelling indiscutable. Je me suis rendu compte que j'avais affaire au final, à un artiste au melon démesuré au connaissances rapologiques franchement discutable (voir ici et surtout ici). Difficile aussi de faire l'impasse sur sa soit disant volonté d’arrêté le Rap après 2 albums, (quoique il est pas le seul a avoir dit cette connerie: The Game, Jay-Z etc).

Ainsi, celui qui se nomme si justement Fiasco nous fait l'honneur d'un come back avec son dernier opus "Laser". Pour cet album, j'ai tenté de mettre mon ressentiment pour l'artiste dans ma poche afin de ne pas tout mélanger ( la preuve j'écoute toujours R.Kelly..). Ceci étant dit, un seul constat s'impose. Laser est un ratage complet. Choix artistiques hasardeux "I don't Wanna Care Right" et sonorités Pop à outrance"All Black Everything", au choix dans la tracklist. On n'échappe pas à l’effet "fourre-tout" propre aux artistes peu inspiré. Il faudra recourir à l'hypnose pour se persuader que  nous avons affaire à un album Rap décent.

Projet sans vision ni ligne directrice claire, Laser na rien pour lui. Dans mes souvenirs, je n'avais rien entendu d'aussi mauvais depuis le Back On My B.S de Busta Rhymes. Pour conclure, sachez que l'album a fait un flop dans les charts US, Lupe s'est aussitôt excusé pour la qualité médiocre de son album en blâmant son major Atlantic. Quelques jours plus tard ce dernier bombait le torse face au regain des ventes de l'album et en critiquant l'ensemble du Rap Game (l'hopital qui se fout de la charité). Au moins nous savons à qui nous avons affaire, un rappeur qui ferait peut être mieux de se tenir à ce qu'il dit (prendre sa retraite avec son fameux LupEND par exemple).

Raphael Saadiq - Stone Rollin' [Chronique]

The King of Revival is Back !

C'est noël en ce début de printemps dirons certains, toutefois commençons cette chronique par une petite chose qui fâche. A lire ou entendre les médias, Raphael Saadiq serait limite un rookie, un type talentueux dont le talent aurait explosé à la face du monde il y a à peine 10 ans. Ok j'ai entendu cette énormité sur une chaîne type M6, mais merde! Réduire de 10 ans la carrière de ce Monstre sacré du Rnb, ça juste le don de me mettre en mode "Vegeta". Tant d’incompétence, tant de fainéantise dans la recherche et la diffusion de l'information ça fait juste peur, Nuff Said.

Ça c’était pour le coup de gueule. Ainsi, revenons à ce qui nous intéresse, à savoir la sortie du dernier album de l'ex membre des regrettés Lucy Pearl et de Tony! Toni! Tone (vous savez le super groupe de New Jack au début des années 90). Raphael Saadiq (dont le nom de famille ma toujours fait sourire comme un con), fait donc un retour attendu par tout les amateurs de Soul Revival.

Avec The Way I See It, Saadiq  s'est révélé à la face du monde en surfant de manière magistrale sur la vague Retro Soul initié par pas mal d'artistes comme Amy Winehouse (chronique dispo ici). En plus de suivre la vague, le californien est vraisemblablement devenu le chef de file de la tendance. À titre personnel, je pensais que The Way I See It serait un One Shot pour le plaisir rendant hommage à ses pairs. En bon "Saadiq", ce dernier pris ses vieux fans de court avec un nouvel album Retro.

Ceux qui me lisent régulièrement savent combien j'aime la Soul Music, combien j'aime qu'un artiste rendent hommage ou fasse référence au patrimoine de la Black Music. Ceci étant dit, j'ai tout de même du mal face à l'exploitation des niches; en gros quand tout le monde s'y met "puisque c'est la mode". Car, autant être clair, si vous n’êtes pas coutumier de Soul ou de ces grandes figures, Stone Rollin risque de vous faire planer tant il vous semblera neuf, dans le cas contraire vos oreilles crieront Stop.

Irions nous jusqu'à dire que la Soul de l'opus est mauvaise, bien sur que non. Le véritable problème c'est que ce Stone Rollin' n'apporte concrètement rien de neuf pour nos oreilles d'initié. Rien qui puisse permettre à l'album de tutoyé les classiques du genre puisque les maîtres de la Soul ont depuis fait le tour du genre. Le précédent album trouvait sa justification dans sa volonté d'hommage, qu'avons nous de neuf avec ce nouvel album ? Pas grand chose il faut être clair. Album très bien produit certes ("Movin Down The Line", "The Answer", "Just Don't"), Raphael Saadiq est un artiste dont j'attend clairement plus. Le voir réduit à faire du Revival alors qu'il est un des pères fondateur de la Nu Soul laisse un gout amer. Pas étonnant que les médias lui colle une étiquette "Rookie-Retro", si lui même tend son front sans mettre en valeur son passif.

7even Sun - Another Dimension [Chronique]

Il n'y a pas si longtemps que ça je vous ai fait part du projet Digital Dust Beat du beatmaker 7even Sun. Et bien sachez que dans la foulée ce dernier sort officiellement son tout premier album instrumental Another Dimension. Un pallier qui méritait à mon sens d'un article complet sur CrazySongz, plutôt qu'un pauvre post et quelques liens mis à la va-vite. C'est une maison sérieuse ici !

Après avoir surpris son petit monde avec "French Connection" (chronique à lire ici), 7even Sun la joue solo et nous fait partager ses compositions inspiré par des sonorités Soul/Funk et ancrées dans un Hip Hop se voulant dans la continuité des sonorités East Coast des années 90. Sur cet album instrumental, les inspirations sont nombreuses. Impossible de ne pas penser à J. Dilla, DJ PremierJust Blaze ou 9th Wonder sur certaines pistes. En effet, le tour de force de 7even Sun est de plonger dans ce bassin d'influence et d'en ressortir un projet tout à fait unique. Un travail d'orfèvre qui le démarque de la plupart des beatmakers se contentant de reproduire les modes sonores Outre-atlantique. En bon passionné, nous avons affaire ici à un artiste ayant conscience que le Hip Hop se doit d'innové sans renié avec ses bases fondatrices, quitte à ne pas vendre des millions, le respect des auditeurs est parfois ce qui compte le plus.

Que ce soit pour chill (se détendre), ou pour rapper dessus si vous êtes un rappeur en herbe. Another Dimension est l'album instrumental à posséder avant cette été. Pourquoi se priver ?

Album en écoute sur Bandcamp


Reprises et Sample en Musique [Episode 3]

L'épisode 3 est souvent dans une trilogie l'opus qui déçoit le plus. En effet, qui na pas pesté devant la qualité d'un Spiderman 3 d'un Matrix Révolution ou d'un Star Wars 3 ? Comment ça mes références font trop "Geek" ? Bref, pour ce 3ème volet des Reprises & Samples  c'est avec soin et un verre de Mojito à la main que je vous invite à découvrir un sample ou une reprise de qualité (ou pas).

3ème épisode oblige, j'emprunte la voie de la facilité avec Jennifer Lopez qui en feat avec Ja Rule reprend le Dope Beat "Flava In Your Ear" de Monsieur Craig Mack. Une reprise dans le pur esprit Muder Inc post 2000, mainstream et entraînant. Après tout, quand c'est bien fait pour quoi se priver ?





Wait, Wait, Wait ! Une fois le verre de Mojito entamé, je me rend compte que je dois brisé la tradition des mauvaises trilogies. Pour les jeunes générations si je vous parle de "True Colors" de Cindy Lauper ça ne vous parle surement pas. suppose. Si je vous dis le "Fruit défendu" de Mystik c'est déjà un peu plus clair. Deux chansons positives à écouter plus souvent croyez moi. La suite au prochain numéro !



7even Sun - Digital Dust Beat Tape 2006-2008 [Download]


CrazySongz aime le Rap, CrazySongz aime la créativité, CrazySongz aime ceux qui contribuent à maintenir le Hip-Hop vers le haut. Dans cette optique, je me permet de vous faire découvrir la nouvelle tape de 7even Sun, beatmaker français que les fidèles lecteurs du site connaissent déjà (lire chronique). Le projet qui nous intéresse aujourd'hui est Digital Dust Beat Tape, un projet retraçant les productions de 7even Sun sur la période 2006/2008. L’intérêt (en plus d'avoir du bon son dans les oreilles) est de découvrir l'univers et les influences du beatmaker, tout en prenant en compte les multiples évolutions dans sa musique. Une compilation qui devrait plaire à tout les amateurs d'instrumental et au rappeur underground. Laissez votre curiosité faire le reste.

Download : Digital Dust Beat Tape

dimanche 10 avril 2011

Reprises et Sample en Musique [Episode 2] - The pharcyde

Du Teddy Pendergrass sauce Hip Hop ça vous branche ? Avant de rire, je vous invite pour ce nouvel épisode des R&S, à découvrir l'excellente tracks du groupe californien The Pharcyde qui sur le titre "Back In a Day", sample avec classe et maîtrise le classique, "Love TKO" du crooner récemment disparu. Un Classique qui accouche d'un autre classique, elle est pas belle la vie. Stay Tuned.

Ps: Si Ahmad est crédité sur la vidéo, sachez juste qu'il s'agit d'une "ruse" pour contourner le WMG imposé par Youtube.



jeudi 7 avril 2011

Dela - Translation Lost [Chronique]

Si vous êtes un fidèle lecteur de CrazySongz, vous devez forcement connaitre Dela. Une nouvelle fois, c'est avec un réel plaisir que je vous invite à découvrir le nouvel opus du Frenchie le plus en vue sur la scène Hip-Hop US.

Toujours affilié au Beat Fanatic (9th Wonders et cie), Dela nous revient avec un Translation Lost bien différend de ses projets antérieurs. Son 1er opus, Changes Of Atmosphere (chronique disponible ici) s'est révélé être une excellente surprise compte tenu des nombreux invités (Large Professor, Talib Kweli, Les Nubians...), le tout associé à une ambiance Hip Hop "boom bap" des plus plaisante. 


Sur Translation Lost c'est sur une orientation beaucoup plus "Jazzy" que Dela fait son retour. Projet prévu pour n’être qu'une simple "Beat tape" à l'origine, ce second album se veut beaucoup plus intimiste par son ambiance et ne compte que 5 cinq invités au tableau: Aliya pour l'intro et l'outro, Reach sur "Go On", Sowlie sur "Chunky Monkeying", Kemizt sur "I Will"et Blu sur les meilleurs morceaux de l'album "LucyLooseleaf et "What u Wanna".


Volontairement plus confidentiel que les précédents, notre frenchie propose ici une fresque à la fois Hip Hop Jazz & Lounge faisant la part belle à ses talents de beatmaker. Et en terme de Beat pur, mon constat est que Dela na pas su crée de véritable surprise et ne semble pas vouloir élargir son univers (les samples cinématographiques mis à part). Sur The Robert Glaspert Beat, (ndlr: sa dernière Mixtape en date), on constate que l'approche Hip-Hop Jazz fut déjà abordée abordée avec brio. Ce Translation Lost, semble être une très bonne seconde partie du projet, l'effet de surprise en moins toutefois.


Néanmoins, irons nous jusqu'à dire que ce second album est mauvais ? Bien sur que non. Si la formule reste la même. L'amateur des sonorités de bases du Rap des années 90, se replongera avec plaisir et nostalgie dans cette véritable déclaration d'amour à une époque en or et révolue. Dela est de ceux qui arrive à être au dessus du lot sans se fouler. Du talent tout simplement.

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...