samedi 8 décembre 2012

The Herbaliser - There Were Seven

The Herbaliser c'est un peu les pères du Hip-Hop underground. Ils sont sept. Les deux plus connus étant Jake Wherry et DJ Ollie Teeba. Deux ans après un Herbal Tonic en guise de mise en bouche nostalgique. The Herbaliser nous revient pour la première fois sur son propre label: Departement H

Reprise and Sample [Episode 14] Eric Benet x ToTo


Quand je faisais la taille de David Pujadas, c'est à dire à 6 ans. Ma mère écoutait en boucle un groupe dont le nom me faisait rire (ouais on rigole toujours pour rien à cet âge là). Toto c’était leur nom; est un des premiers groupe ayant su allier Pop/Rock et Funk.

Pour tout vous dire, j'ai redécouvert le groupe grâce au jeux vidéo GTA connu pour sa bande son aussi éclectique que géniale. C'est la curiosité au coeur et le smartphone dans la poche que je commence mes recherches sur ce groupe m'évoquant quelques blagues carambar.

Puis je tombe sur le titre Georgy Porgy , que j'attribuai jusqu'ici au crooner Rnb Eric Benet. Un mythe tombe pour moi, d'autant plus que la version original à ce je ne sais quoi qui l'impose directement dans mon Cowon. On ne se refait pas.





Bonus


Two Door Cinema Club - Beacon

"North Irish Pop"

"I can Talk", "Something Good Can Work", "What You Know". Ces titres ne vous disent rien aux premiers abord ? Pourtant ce son les hits des Two Door Cinema Club qui ont été récupérés massivement et à mon grand regret  par toutes les agences de publicités du monde entier.

C2C - Tetra

Plus de quatorze années après sa formation, dire que le dernier album des DJ nantais de C2C était attendu relève de l'euphémisme grossier. Quatorze longues années, entre les récompenses en commun; et les succès en individuel pour d'autre.

vendredi 30 novembre 2012

Reprise and Sample [Episode 13] Obama parodie 2Pac



Barack Obama clash les républicain à la manière de 2Pac sur Hit em up. Si le titre vous laisse perplexe, fait comme Morsay et clic.



LoL

lundi 29 octobre 2012

7even Sun - Refreshment Session [Download]

En avril dernier, nous nous étions quitté sur le relaxant et intimiste projet Abscrete de monsieur 7even Sun. Loin d’être avare ce projet apportait une touche innovante en mêlant de manière assez intelligente les influences Hip-Hop Jazz et New jack swing à travers les tracks.

Joe Vitterbo - Sometimes You Have to Stick With The Old School Ways [Download]

Amateur de Hip-Hop instrumental c'est noël avant l'heure. C'est en ouvrant nonchalamment la boite mail de CrazySongz que je découvre Joe Vitterbo. Un frenchie se définissant comme "un touche à tout mais expert en rien" et sa beat-tape : Sometimes You Have to Stick With the Old School Ways.

Wolf aka Black D - The BreakTape [Download]

Vous êtes nombreux et nombreuses à m'envoyer vos divers projets via la boite mail. Ainsi, je met un point d'honneur à tout écouter et fait subjectivement le tri.

mercredi 17 octobre 2012

DMX - Undisputed [Chronique]

Vous ne saviez pas que DMX était sorti de prison ? Vous ne saviez pas qu'il était en prison ? Vous ne saviez pas qu'il vient de sortir un septième album dans l'anonymat le plus complet ? Rassurez vous, personne ne vous jettera la pierre sur ce coup.

Rick Ross - God Forgive I don't [Chronique]

News Flash (ou pas). Je ne suis pas fan de Rick Ross. Autant être clair dès le départ. Ayant du mal avec son passé d'ex maton repenti en "gangster" nabab; nul ne peut cependant feindre les qualités de communicant de "l'homme fort" de Miami.

vendredi 14 septembre 2012

Steve Jobs feat 2Pac : Iphone Parody [Geekerie]


2Pac est un hologramme et fait quelques concerts quand l'envie lui vient. Vu qu'au Paradis certains s'ennuient sévère.

Les meilleurs album Rap Us des années 90 [1999]

Suite et fin de notre rétrospective consacrée aux meilleurs albums Rap des années 90 avec le cru 1999. L'an 2000 pointe le bout de son nez. Quelques élus jouent fièrement à la Dreamcast, la station mir est sensé brûler Paris (Paco Rabanne Style) tandis que la tempête fait basculer arbres et maisons alors que le World Trade Center bombe encore le torse. Musicalement, point de tempête sur la planète Rap. 1998 nous a laissé sur une sensation de constance tout en apportant son lot de nouvelles têtes et d'innovation en terme de sonorité. Sur le plan sonore, la West Coast est en dilettante, tandis que les sons South et alternatifs gagnent de plus en plus de terrain. La scène de New York se reposant plus ou moins sur ses lauriers propose un son qui lui est propre, sans véritablement céder aux sirènes de la Pop, le mariage avec le Rnb étant désormais consommé.

En 1999, nous avons pour résumer. Une South en progression, une Eastcoast en constance et une West en reconquête. Par qui et comment ? Ou et pourquoi ? C'est ce que nous allons tenter de découvrir sans plus attendre, dans ce dernier volet de notre classement.

jeudi 13 septembre 2012

Booba vs Rohff Le Clash



Le Rap français mainstream connait deux poids lourds niveau ventes. Booba d'un coté, Rohff de l'autre. Rivaux dans les charts. Les amateurs de Rap français ont eu vent de l'animosité palpable entre les deux artistes par le passé. Pourtant, alors que les deux rappeurs semblaient s'ignorer jusqu'ici...


Pour la petite histoire, Booba a connu quelques différents avec Skyrock. Le duc de Boulogne n'hésitant pas à égratigner Fred Musa (animateur de la radio) à diverses occasion comme expliqué ici : Booba vs Skyrock



Suite à la pique lancé par Rohff sur Skyrock, il était évident que Booba (ndlr: rappeur à la langue bien pendue n'hésitant pas lui même à prendre à partie ses collègues rappeurs : NTM, MC Solaar, Sinik, Diams) allait s'offrir un droit de réponse.


Cette réponse se fait malheureusement en musique. Malheureusement dans la mesure ou le Rap Français jouit déjà d'une image merdique. Peu importe le nombre de Talk Show où quelques élus auront droit de s'asseoir (pour bien leur rappeler d'où ils viennent bien entendu). Les clash et la façon dont ils sont traités dans les médias amenuisent la portée du Rap et fait perdre toute crédibilité au message véhiculés par les autres artistes  Il est alors dommage que des monstres sacrés du calibre de Booba et Rohff se donnent ainsi en spectacle. Mais d'un autre coté...

Le Clash c'est aussi ce qui fait le sel du Rap. L’ego. La testostérone, les rimes assassines, les dossiers. Alors quitte à se clasher, Rohff et Booba balancent ils du lourd dans leur disstrack ?

La réponse de Booba : Wesh Morray



La première chose qui frappe ici c'est que Booba ne fait aucune référence directe à Rohff. Le tout est fait de sous entendu et de rimes faciles (à l'inverse du Carton Rose adressé à Sinik) sans oublier le petit tacle gentillet sur Willy Denzey (un chanteur Rnb à la mode au début des années 2000). En définitive Wesh Morray est un bon banger comme Booba sait les faire en somme. Pourtant, il se trouve que Rohff a visiblement reçu Wesh Morray comme une attaque frontale (difficile de lui donner tord vu le contexte bouillant) s'en suit une réponse au vitriol de l'homme fort de Vitry.

La réponse de Rohff : Wesh Zoulette


Que dire. Sorti une semaine seulement après Wesh MorrayWesh Zoulette tape clairement et sans concession en dessous de la ceinture. Posé sur l'instru de Wesh Morray; les lyrics ne font pas vraiment honneur à la plume de Rohff mais font le boulot en terme d'insultes et de piques en tout genres. Toutefois, quand on se souvient du Carton Jaune de Sinik y a de quoi rester sur sa faim.


What's Next ?

Je ne vais pas perdre mon temps à trouver un vainqueur. Je laisse ça aux gamins de 15 ans sur les forums spécialisés. Pour ma part, j'ose naïvement espérer que cette rivalité va apporter un peu de dynamisme au Rap Game et que naîtra finalement, une concurrence saine entre les deux plus gros vendeur de l'hexagone. J'ose espérer, que la stimulation que génère les clash sera porteur de créativité. Car ils faut bien avouer que musicalement Booba et Rohff dorment sur leurs lauriers depuis pas mal d'année déjà. Si musicalement le public n'est pas gagnant au bout du compte et que le Rap n'en sort pas grandit, alors autant zapper sur le Jerry Springer Show. C'est pareil et c'est deux fois plus drôle. Pour conclure, concentrons sur la musique mes amis. Concentrons nous sur la musique.

vendredi 7 septembre 2012

Les meilleurs Albums Rap US des années 90 [1998]

Avant dernier classement des meilleurs albums Rap des années 90, avec l'année 1998. Et premier constat. La Westcoast semble morte avec 2Pac. Bien entendu, n'allez pas croire que la West est totalement à la rue qualitativement. seulement force est de constater que la scène semble tourner en rond sans leader (Dre s'étant rapproché de la East avec Aftermath et Snoop  Dogg du sud en signant chez le sudiste No limit de Master P). Bref, l'ambiance est morose en Californie. Quelques productions underground et quelques mixtapes bien senties font revivre le temps d'un instant la vibe sentant bon le C-Walk. Mais ca c’était avant. En 1998, le monde est tourné vers la grosse pomme et les prod venant du sud. Et ne comptez pas sur les radios Eastcoast pour "bang his shit". La Californie aura bien besoin d'une gourde pour traverser son désert. 

-Comment ca ils trainent toujours dans le désert ?
-The Game et Bishop Lamont n'étaient que des mirages ?

... Bordel, c'est vraiment pas le sujet là...



1998


10
Redman - Doc's the Name


Weed, Weed, Weed. Voila ce qui vous attend en écoutant le 4ème album de l'homme rouge du New Jersey. Album sous estimé, Doc's da Name est pourtant en terme de sonorité un poids lourd de l'année 98, marqué par les productions d'Erick Sermon et Rockwilder. De quoi vous mettre how high sans soucis. (écouter un extrait)

samedi 1 septembre 2012

Les meilleurs albums Rap US des années 90 [1997]

L'ouragan 1996 a laisser une trace indélébile dans le Rap game. Classiques à la pelle, tubes indémodables et  rappeur en début ou à l'apogée de leurs carrières, font de 96 l'année phare des années 90. Toutefois, comme le disait un artiste disparu l'année précédente: "Life goes on". Ainsi, 1997 est l'année du renouveau. L'année d'une refonte majeure mettant en exergue le triomphe de la new school. Fugees, Wyclef, Outkast, Nas, Jay Z. Tant d'artiste de renoms prompt à dominer outrageusement les charts et influencé l'industrie pour les années à venir. Retour sur une année riche en Hip-Hop.


1997


10
Missy Elliott - Supa Dupa Fly


Si vous lisez assez souvent ses pages, vous savez déjà l'admiration que je porte à Missy Elliott. Alors que Lil Kim occupait pour le classement précédent cette controversée 10ème place avec son premier album. Missy Elliott lui emboîte le pas avec le rafraîchissant Supa Dupa Fly. Rafraîchissant pour la simple raison que le Rap féminin à cette période clé se résume en deux écoles. Les "Bad lady" : Foxy Brown, Lady of Rage et les biatch : Lil Kim encore seule sur son marché. Ainsi, quand en 1997, Missy  (aidé par le jeune Timbaland) débarque dans les charts c'est pour offrir un album aux textes bourrés de références et d'humour le tout saupoudré d'un décalage totalement assumé. Un trip qui na pas prit une ride tout simplement (écouter un extrait)

jeudi 23 août 2012

Oxmo Puccino au Bataclan - Mardi 20 Novembre 2012


Mardi 20 Novembre, monsieur Oxmo Puccino se produira sur la scène du Bataclan. Prend donc les devants en réservant ta place dès maintenant.

Réservation sur Fnac.com >> Concert - Oxmo Puccino

Les meilleurs albums Rap US des années 90 [1996]

Pour beaucoup l'année 1996 est la période la plus prolifique du Hip-Hop US. L'année qui compte le plus de classique, l'année du climax de la guerre East vs West. Petit rappel des faits, depuis la fin des années 80 la Westcoast fait de plus en plus d'ombre à la cote Est au niveau des ventes. Malgré d'excellents albums, la East ne parvient pas à allier succès critique et succès commercial. Ainsi, il faudra attendre Illmatic de Nas et Ready to Die de Notorious BIG pour que la grosse pomme revienne au premier plan. Cependant, les choses sont loin d’être rose dans cette jeune industrie. Tupac Shakur, le rappeur le plus populaire (au delà des clivages east/west à l'époque) se fait tirer dessus en 1994 en bas d'un studio ou se trouvait au même moment P. Diddy et Biggie. Shakur survécut à l'attaque et à peine remis, fut condamné à 4 ans de prison pour une histoire de viol. En taule, Shakur pense que Puffy et Biggie étaient au courant du guet apens, ce que les deux nient en bloc. La situation connaît un nouveau rebondissement quand Suge Knight patron de Death Row (en délicatesse avec Diddy), fait sortir 2Pac de prison et le fait signé sur son label. Résultat, sous couvert d'une tension palpable, les artistes des deux cotes vont sortir une avalanche de classique qui fait que 1996 reste la plus grande année du Rap.



ps : Ah oui, petit spoiler. 2Pac n'est pas premier de ce classement ;)

samedi 4 août 2012

Les meilleurs albums Rap US des années 90 [1995]

Ah 1995 ! En France le Secteur A est au top, NTM met Paris sous les bombes, Fabe y va lentement mais sûrement pendant que j'écoute la B.O de la Haine alors que mon esprit par en c... avec Expression Direkt. C'était le bon vieux temps, tout va alors pour le mieux dans l'hexagone. Cependant outre Atlantique c'est la guerre ! Après une domination sans précédent aux niveaux des ventes la Westcoast est renvoyé dans les cordes par une cote est revancharde. L'auditeur dans tout ça ? Il extrapole ces histoires de Rap gang, il fantasme à tout va (et les médias en rajoute) et surtout ses oreilles prennent un pied indescriptible. Retour sur une période faste.


1995


10 
LL Cool J - Mister Smith



Début 90, LL Cool J n’était plus si "hot" qui le prétendait. En effet, la première signature de Def Jam s'était totalement vautré avec un 14 Shots to the Dome plus que décevant. Mais qu'à cela ne tienne. En bon amateur de boxe de son état. James Todd Smith de son vrai nom remonte sur le ring micro en main et nous balance un sixieme album d'excellente facture. Tout le monde se souvient des classiques "Hey Lover" ou les très sexy "Loungin" et "Doin It", ou encore le titre "I Shot Ya" pour s'attirer un peu de spotlight dans le beef 2Pac vs B.I.G... So, une quinzaine d'année plus tard (damn), Mister Smith est toujours présent sur mes platines tandis qu'il fait le con dans N.C.I.S. (écouter un extrait)

Reprise et Sample [Episode 12] 2Pac sample Prince



CrazySongz vous le savez déjà, aime 2Pac. Musicien particulierement brillant, il avait en plus d'une plume remarquable un excellent sens du son et une musicalité de premier ordre. Ainsi, pour le titre "To Live and Die in L.A" , 2Pac sample avec brio l'intemporelle "Do Me Baby" de la légende vivante (que CrazySongz adule aussi) Prince. Résultat ? Deux titres d'exception pour votre baladeur. Appréciez juste.





vendredi 3 août 2012

Reprise et Sample [Episode 11] G-Unit sample R.Kelly


Le G-Unit vous vous en souvenez ? Mais si, on parle bien du groupe de 50 Cent qui fut auréolé de succès courant 2003. Fort bien entouré à l'époque (Dr Dre, Eminem, Scott Storch, Timbaland etc), le groupe sortait dans la foulée un album intitulé Beg for Mercy d'excellente facture.

Du dit album, nous retrouvons le fameux titre qui nous intéresse aujourd'hui: "I smell Pussy". Diss track, samplant avec maestria le "Greatest Sex" de R.Kelly, nous retiendrons surtout les lyrics au vitriol de 50 Cent contre le regretté Ja Rule.

(ah, il parait que Ja Rule est encore vivant. Au temps pour moi).


mardi 31 juillet 2012

Nicki Minaj - Pink Friday : Roman Reloaded

Queen of Hip-Hop ? Joke ?


Nicki Minaj est désormais classé "Star Worldwide". Deux ans après un premier album plus que passable; l'égérie du label Young Money fait un retour solo plutôt confidentiel avec la suite de Pink Friday, Pink Friday: Roman Reloaded. Un second opus qui ne fit pas énormément de Buzz en terme de promo, la faute finalement à son penchant prononcé pour les featurings, ce qui à mon sens à tendance à vous restreindre plutôt qu'a crée une véritable attente autour d'un projet.

Si peu de personne attend vraiment ce second album, il sera difficile d'échapper à la nouvelle prêtresse du Rap Game féminin. Le beef avec Lil Kim étant désormais classé, Miss Minaj est bien décider à traumatisé les têtes les oreilles et pourquoi pas les pantalons masculins (les goûts et les couleurs...). Armée d'un single taillé pour l'été: le premier single "Starship", (qui tient plus de l'eurodance que du Hip-Hop) marque le ton de ce nouvel album.

Au menu, tracks plus Pop les unes que les autres et il est compliqué de retrouver de la cohérence dans ce bordel. Finalement, le but du jeu à l'écoute de Pink Friday 2 c'est de trouver une once de pur Hip-Hop. Ici même, j'envoie à mes frais un bout de manioc à toutes personnes saines d'esprit ayant trouver une part de Rap dans tout ce foutoir. Pour les plus tolérant on nous sert timidement deux outshinage en règle par Nas et Young Jeezy sur "Champions" et "Cam'ron sur "I''m Your Leader". Même pas foutu de s'imposer sur son propre album, passons.

Pourquoi cette fixette sur la nation de vrai "Hip Hop" vous vous dites ? Sachez seulement qu’après son premier opus (descendu par la critique), Minaj a clamé à qui ne regardait pas ses boobs que son second album serait plus Hip-Hop. Au départ, l'idée veut que Nicki Minaj laisse place sur cet opus à son alter ego encore plus loufoque (oui elle peut faire pire) pour nous montrer sa facette Rap. Ainsi la bien nommé Roman Zolanski, que les courageux qui ont acheté le premier album (ou lu ma chronique ici) connaissent déjà fait totalement l'inverse de ce qui était prévu.

Mieux, forte d'une nouvelle personnalité, notre schizophrène aux cheveux "vert" (au moment ou je tape ils sont vert...), assume pleinement son crash test artistique. Récemment elle annula même un concert parce-que la radio Hot 97 a descendu son album. Soit. Pourquoi descendre un produit dont je ne suis pas la cible ? Pourquoi moi crédule et candide, irai je attendre qu'on me serve du caviar au grec du coin ? On ne m'y reprendra plus. De tout ce bazar sonore quelques bangers sont taillés pour les clubs et les plages du Cap d'Agde. De l'autre coté l'amateur de Hip-Hop a déjà quitté ses pages.

lundi 30 juillet 2012

Les meilleurs albums Rap des années 90 [1994]

Il parait que le vainqueur de l'année 1994 tombe sous le sens ? Il parait que pour crée le buzz, Terence O fait exprès de placé arbitrairement les albums pour crée la polémique ? Il parait que mon Mp4 contient du Justin Bieber et quelques titres de Cabrel (une de ces affirmations est véridique). Concrètement, il parait que les évidences d'hier ne sont pas celles d'aujourd'hui. C'est en tout cas, ce qu'on du penser l'ensemble des amateurs de Rap de l'époque. Pour mieux comprendre la situation revenons en 1993. Si la eastcoast parvient a sortir quelques bons albums comme l'incontournable 36 Chambers du Wu Tang. Au niveau des ventes, la West Coast atomise la cote est. Doggystyle (pourtant numéro 2 du classement précédent) reste l'album le plus vendu de cette période. Résultat, la tension monte d'un cran entre les deux scène (on parle même de radio de NY appelant aux boycott d'artistes west sur les ondes). Pour faire simple, c'est tendu, et tout le monde se sent concerné. Pourtant, de toute cette tension va débuter une des plus grandes période du Hip-Hop. Let's See.


1994

10
Method Man - Tical


Jon Connor - While You Were Sleep [Download]


Depuis que j'ai commencé l'aventure CrazySongz j'écoute de moins en moins de sons de manière spontanée. Situation paradoxale, je laisse le son venir à moi (un grand merci au passage, à ceux qui balance du sons et leurs projets sur la boite mail du site). Ainsi, en flânant sur Youtube je découvre Jon Connor (pas de blague sur Sarah ou autre cyborg please). Grosse surprise, ce dernier avec sa mixtape While You Were Sleep nous offre une ébauche d'un style entre Consequence et Saigon (en plus incisif). Le résultat ? Un son frai venant d'un mec qui a les crocs !!! A l'heure du m'as-tu-vu, de l'egotrip et du swagtime. Il est bon d'entendre un rappeur kické le mic comme il se doit sur une quinzaine de pistes. Sans oublier soit dit en passant les quelques guest de choix présent sur le projet: Bun B et GLC sur "Lone Star", Mistah Fab sur "Im Heavy", ou Justin Dayi sur l'excellent "Diamonds". Bref, While You Were Sleep" est probablement la meilleure mixtape de l'année 2012 (en attendant l'album). So, si vous aimez le Hip Hop, le téléchargement a déjà commencé depuis belle lurette. 

 


Download : While You Were Sleep de Jon Connor


Jon Connor Youtube Page

Lord Finesse - Signature Sevens Vol2 [Download]


Lord Finesse nous revient avec une petite tape. Composé d'instru et de vocal (une playlist de 4 tires de qualités). Ce projet est un must have pour les amateurs de bon son et s'impose pour les beatmakers en herbe. Take it.


dimanche 29 juillet 2012

les meilleurs albums Rap des années 90 [1993]

Pour ce nouveau rendez vous des 10 meilleurs albums Rap des années 90. Nous nous retrouvons pour une année qui me tient particulièrement à coeur: l'année 1993. Confidence pour confidence. 93 m'évoque mes premiers souvenirs d'enfance. Né en 1988, mes premiers souvenirs m'évoque le Club Dorothée, le chocolat Galak et autres conneries. Toutefois, ce qui marqua le plus ma mémoire c'est bien entendu la musique. Comment dire. Je serais à jamais reconnaissant envers mes grands frères pour m'avoir initié si tôt au Hip Hop. A y réfléchir, les autres gosses, basket luminescentes aux pieds; jouaient à la Megadrive ou aux Pog tandis que j'étais déjà bercé à la New Jack Swing. Il faut dire qu'à l'époque, (ouais je parle déjà comme un vieux...) partir aux states est un évènement en soi. Cela pourrait sembler étrange pour quelques un mais fut un temps le bruit courait que la France avait culturellement un retard de 5 ans sur les states. Oui, dans les années 90 le jeune comme ses aînés ne rêve que des Etats unis. Résultat, quand un membre de ma famille revenait de New York c’était avec le plein de CD. Dans mes souvenirs ce fut ma mère qui fit le déplacement et rapporta avec elle quelques pépites. Coup de bol, on va en parler tout de suite.


1993



10
Fat Joe - Represent


mercredi 18 juillet 2012

Reprise et Samples [Episode 10] Afrodiziac sample Consequence


"Trouve moi un job" chantait Afrodiziac dans ma tendre enfance. Quelques années plus tard, terminant en dilettante mes études, j'ai pour "hobby" de déceler ici et là les petites inspirations de nos amis artistes. Entre "Toi et Moi" (oui on se tutoie), c'est en passant 70% de mon temps sur Youtube que par un sursaut fugace je lance le dixième épisode de Reprise and Samples.

L'histoire d'aujourd'hui met en scène l'excellent "Disperse" de monsieur Consequence revisité à la sauce French Rnb. Attention toutefois ! Ici pas du rnb bas de gamme "pokorasque". Jugez plutôt. Aux manettes on retrouve Afrodiziac: duo composé de LS et de Shug. Si leurs noms ne vous dit rien, sachez qu'une chronique de leur second album "ad vitam" est prévu pour bientôt sur CrazySongz (oui, j'aime le teasing). 

En attendant, on se quitte respectivement sur "Disperse" et "L'espoir". Appreciate.

samedi 7 juillet 2012

les meilleurs albums Rap US des années 90 [1992]

Après une année 1991 sonnant le glas du militantisme pro black, pour laisser place au triomphant gangsta rap. La New School plaçait solidement ses pions. Et par la même occasion, ses jeunes loups aux dents longues qui avait à coeur de mettre les anciens à la retraite. Oui, 1992 est une date importante. Elle marque les débuts en force d'un label siègent sur une chaise électrique et le commencement d'une première remise en question de la cote est (qui résistera tant bien que mal). La preuve ? Le classement des albums les plus marquant de l'année bien entendu.


1992


10
Lord Finesse - Return of the Funky Man

50 Cent - 5 (Murder by Numbers) [Download]



Mes amis les temps comme les oeufs sont dures.... Quand l'un des plus gros vendeurs du Rap game décide de distribuer gratuitement un de ces projets (10 pistes) cela laisse songeur quand à l'état de l'industrie en général.  S'ajoute une problématique évidente concernant le business model à adopter pour continuer à exister sur les ondes radio matraquant nos oreilles dévergondés. Nonobstant une conjoncture économique en berne, quel jugement donner à un LP donner par un 50 désormais en perte de vitesse, supplanter par...


"Hey Terence !"

- Ouais ?

"Taggle et file le lien putain !!!"


Ça va, coeur de Tipiak. Chope ta dose (sale gosse)

Download : 5 (Murder by Numbers) 

Les meilleurs albums Rap US des années 90 [1991]

Nous nous sommes quittés sur une année 1990 en proie avec le militantisme pro black et les balbutiements de la scène New School de l'époque. Celle ci prenant de plus en plus de place, il est temps pour nous d'évaluer son impact et distinguer le meilleur de l'année 1991.



1991



10
DJ Jazzy Jeff & The Fresh Prince


Avant de devenir l'acteur noir le plus bankable d'Hollywood, Will Smith s'est comme tout le monde le sait, fait connaître en tant que rappeur. Associé au désormais légendaire DJ Jazzy Jeff, notre duo sortait en 1991 l'album Homebase; véritable concentré de bonne humeur et de légèreté, Homebase est l'exemple parfait de la fameuse devise définissant le Rap: "Unity love & Having Fun". Vous n’êtes pas convaincu ? Écoutez le classique "Summertime" vous allez comprendre tout de suite.

samedi 30 juin 2012

Batman VS Wolverine [Geekerie]

C'est plus fort que nous. Dans notre for intérieur nous ne pouvons pas passer une seule seconde sans évaluer et comparer. Qui rappe le mieux ? Qui a les plus belles chaussures (pour vous mesdames); qui à la plus grosse (voiture, b.. bagnole etc) pour ces messieurs.


Or, face à ce florilège de question existentielles. Des gens comme moi (profil B.G.S: Black Geek Sexy) se demande si un gars comme Goku pourrait éclater Superman; ou si Hulk a une moindre chance face à Chuck Norris ? Oui messieurs dames, oublions nos frivoles divergences et intéressons nous à un sujet de fond:


Batman peut il battre Wolverine ? La réponse se trouve juste en dessous.

mardi 29 mai 2012

Booba - A4 [Nouveau Clip] [Brand New]



Que dire ? Sinon que la frontière entre Booba et Morsay est de plus en plus mince ? Blague à part, après avoir tenté de singer dans l'ordre : Prodigy (à l'époque de Lunatic), 50 Cent, Lil Wayne. Voici que B.2.0 s'attaque au style laidback de Rick Ross. Ma foi, un tel manque de créativité mériterait même un "Reprise and Sample". Ami de l'originalité passez votre chemin.

Les meilleurs albums Rap US des années 90 [1990]

Nouveau dossier avant les grandes vacances. Un dossier qui comme son nom l'indique propose de revenir sur les meilleurs albums rap des années 90. Chaque semaine, vous retrouverez dans nos pages un classement clair et détaillé des albums Rap marquant de l'année en cours. Sans plus attendre, nous commencerons logiquement par l'année 1990 qui se distingue entre autre par un lien entre New school et Old School. Let's Begin.


1990

10
KRS One - Edutainment

.
Quatrième album du Boogie Down Productions, Edutainment est pour beaucoup l'album ayant donner toute l'ampleur et la stature de "Teacher" de Monsieur KRS One. Lyrics toujours teinté d'érudisme et de militantisme pour la cause noire, Edutainment détonne par la qualité des punchlines du maître. (écouter un extrait)

jeudi 17 mai 2012

B.o.B - Strange Clouds [Chronique]

"Chaque âge a ses plaisirs, son esprit et ses moeurs".  Sous cette citation de Nicolas Boileau que je compte bien réutilisé à l'envie et à bon escient. Se dévoile finalement l'état d'esprit qui fut le mien après l'écoute de Strange Clouds, nouvel album de l'étoile montante du label Grand Hustle de T.I. Seulement 2 ans après le sympathique The Adventure of Bobby Ray qui l'a élevé au statut de star outre atlantique, c'est avec curiosité que nous découvrons ce nouvel opus. Je vais être franc, en vieux con d'à peine 23 ans (B.o.b et moi avons le même âge) j'ai tout de même un peu de mal avec le virage Rap/Pop que prend une partie du Rap Game. Toutefois, en bon chroniqueur et en étant assez open, je risque toujours avec un plaisir masochiste ma petite santé auditive pour le simple frisson d'une éventuelle surprise. 

Après l'écoute du premier album, qui avait pour particularité de mettre sous fond de sonorité Pop/Dirty South  l'alter ego de l'artiste: Bobby Ray. Quelle serait finalement la formule adoptée sur ce nouveau projet ?

Trêve de suspens. C'est sans une once de prise de risque que B.o.b renoue avec son "fameux/foireux" mélange entre Rap punchy et Pop fast food. Autre petit point qui fait défaut à Strange Clouds c'est la disparition du fameux "double" Bobby Ray qui avait le mérite d'apporter un minimum de relief au précédent opus. Pour aller plus en profondeur, (et Dieu sait qu'on ne va pas creuser longtemps) l'ensemble de l'oeuvre est incroyablement radio friendly dans la mesure où notre protagoniste assure une nouvelle fois la quasi totalité de la production; tout en étant aidé par les producteurs en vogue (Billboard, Dr Luke ou encore Ryan Tedder). Les habitués retrouverons leurs marques tandis que les autres hésite déjà à se faire rembourser par la Fnac.

Cependant, 2 ans après The Adventure of Bobby Ray, il faut reconnaître que B.o.b a véritablement accompli des progrès au micro. Les punchlines sont beaucoup plus percutantes et moins marqué par des cris "gimmick", tandis que sur le plan purement technique l'élocution a gagner en groove en témoigne "Arena" en feat avec T.I. et Chris "Tyson" Brown. Autre petit détail qui fait plaisir: la présence de Morgan Freeman himself  pour l'intro "Bombs Away". Du bon, tout simplement. 

Hélas, le cas B.o.B me rappel assez le cas "Snoop Dogg". Le Snoop Dogg actuel est un rappeur décomplexé qui flirt avec brio avec la Pop ou l'electro. Pleinement à l'aise dans l'exercice, l'auditeur na jamais eu l'impression que l'artiste a le cul entre deux chaise artistiquement. Ce qui est malheureusement le cas pour le nouvel homme fort de Grand Hustle. En effet, comment ne pas se sentir désorienté quand tu passe d'un banger efficace comme le single "Strange Clouds" au relent dubstep (toujours dans la tendance) pour passer à un Rap guimauve sur "So Hard So Breathe". Dur.

Pour conclure, Strange Clouds est un album dans l'air du temps avec tout ce que cela implique: construction manquant de cohérence, featuring douteux à tire larigot, single radio friendly. Pour un résultat qui se veut bâtard et sans saveur. "Chaque âge à ses plaisirs, ses plaisirs son esprit et ses moeurs". Si cela implique un Hip-Hop aseptisé, des rappeurs en jean slim et que le public adhère je conseil chaleureusement l'album au public visé. Etant de la même génération que B.o.B je peux à la limite comprendre cette volonté des "baby rappers" de s'affranchir de certains codes du Hip Hop. Que cela plaise ou pas, l'intention est louable bien qu'elle manque de cohérence. Une chance alors que le Hip-Hop soit autant varié, qu'on se le dise.

Reprise et Sample [Episode 9] NTM sample Troubleneck Brothers

Here we go again ! Après quelques déboires avec ma box, la rubrique Reprise and Sample revient en force pour mettre en lumière une nouvelle pépite d'inspiration de nos bons vieux rappeurs français, dont le potentiel créatif est comme à l'accoutumé maintes fois exprimé...


Au menu, un classique de NTM : "Tout n'est pas si facile". Ode nostalgique d'un Hip Hop français qui selon Kool Shen et Joey commençait déjà à perdre toute ses valeurs (déjà en 1995..). Pourtant, si tout n'est pas si facile, il fut pourtant aisé de reprendre sans scrupule l'instru de "Back To The Hip Hop" (tient donc) des obscurs Troubleneck Brothers.


Cependant, si ce genre de récupération sonore est assez courant dans le Hip Hop et plus largement dans la Pop, "Tout n'est pas si facile" garde encore son aura et son statut de classique. Avec tout de même une petite tache de ketchup sur la chemise, faut pas déconner non plus.

 

vendredi 20 avril 2012

Noa - "I Don't know" feat Florent Pagny



Je n'avais rien à faire samedi dernier. Par conséquent je me suis mis à regarder The Voice avec ma dulcinée et Twitter of course. Tout en mangeant une bouffe bonne pour le transit devant un show, somme toute de qualité. Une jeune candidate retint particulièrement mon attention lorsqu'elle se réappropria le classique "I Don't know" de Noa. Une chanson qui me tient personnellement à coeur pour diverse raison.

En fin de chanson la candidate qui ma foi s'est très bien débrouillé, fut  jugé par le jury composé de Jenifer (qu'est ce qu'elle fait là ?), Bertignac, Garou et Florent Pagny. Ce dernier, eu dans la foulée comme anecdote qu'il avait lui même chanter la chanson en duo avec Noa en personne. Je savais Pagny assez open artistiquement et vocalement et je fila vérifier sur le net.

Alors primo, Pagny n'a pas menti (jamais trop prudent). Et surtout, ce duo est tout simplement un exemple de cohérence et de fusion. Je vous laisse juge en découvrant la performance. Mais je me dis surtout que Pagny aurait sûrement pu (et pourrait) se laisser tenter par un album tout en anglais aux influences World Music, il vit toujours en Amérique du sud d'ailleurs mon idée n'est pas si farfelue non ? 

ps: Florent Pagny sur CrazySongz, What's Next ? Une future review de The Voice + la chronique retro de l'album "Calling" de Noa. Stay tuned.

Florent PAGNY / NOA : I don’t know - MYTARATATA.COM
TARATATA N°94 (Tour. 16/06/95 - Dif. 21/06/95)

lundi 16 avril 2012

2Pac vivant pour un soir au Coachella 2012



2Pac vivant en 2012 ça tient du running gag. Pourtant, c'est bien pour un soir que 2Pac est remonté sur scène...

La scène s'est déroulé ce dimanche 15 Avril au Coachella Festival où se produisait Dre et Snoop. Snoop Dogg souhaitant invité un de ce homie sur scène rappelle nul autre que 2Pac d'entre les morts. Stupeur dans le public quand monsieur Shakur apparaît plus vrai que nature. Vous l'aurez compris bien que virtuel, le travail effectué ici est tout simplement bluffant, la gestuelle, l’acoustique tout y était.

Revenir virtuellement à la vie pour un soir tel une invocation dans Naruto, ça tient du sensationnel pour tout les fans. Même en One Night Only, ça fait toujours plaisir.

Nobuo Uematsu en Concert à Paris - Samedi 17 Novembre 2012



Après la musique ma deuxième grande passion reste sans contestation le jeux vidéo. Toutefois il arrive souvent que deux passions se rejoignent pour ravir le coeur des passionnés que nous sommes. Ainsi, quand Nobuo Uematsu; compositeur de génie dans le monde du jeux vidéo (Final Fantasy, Super Smash Bros, Front Mission etc) s’arrête pour deux soir à la Cigale pour deux concerts... Comment dire, c'est mon coeur de geek qui fond comme un vieux M&M's dans la main.

Véritable DJ Premier du jeux vidéo, c'est sans aucune demi mesure que je vous recommande chaudement de réserver votre place. Pour peu que vous ne soyez pas allergique à la musique orchestrale et au Rock symphonique. Il se produira le Samedi 17 Novembre à 20h puis le lendemain dès 15h.

Réservation des places sur : Fnac, Carrefour, La Fée Sauvage


mercredi 4 avril 2012

7even Sun - Abscrete [Chronique] [Download]

Si vous êtes de passage sur CrazySongz cela s'explique par deux facteurs. Vous êtes habitué à consulté fréquemment ses pages dans l'espoir que votre serviteur ponde un article dithyrambique, comme promis à chaque fois sur son compte Twitter . Ou alors votre moitié vous prend la tête et seul la lecture apaisante de CrazySongz vous empêche de lui jeter son disque de Colonel Reyel entre les deux yeux... 

Dans cet antre du zen et du bon gout, c'est avec un plaisir sincère que je vous transmet une nouvelle fois l'annonce du nouvel EP de monsieur 7even Sun, beatmaker français que vous connaissez déjà, fidèle lecteurs que vous êtes. Si cela n'est pas le cas, je vous renvoi avec sympathie vers les premiers opus du bonhomme, dispo dans nos pages ici et ici.

Les présentations étant faites, passons à ce qui nous intéresse, le nouvel EP de Mister Sun: Abscrete. La formule étant toujours la même, à savoir un concentré d'instrumental oscillant entre expérimentation et classicisme classieux. Par "classicisme classieux", j'entends par là que certaines instrus à l'image de l'excellent "Problemas" baigne dans un bain d'influence reflétant les bases du hip hop et de ces dérivés: Hip Hop Jazz en début de morceaux, quelques influence latino (bossa nova) en cours puis New Jack Swing en fin de piste. C'est simple mais ça fait clairement plaisir, tant finalement ses pistes sont construites de manière à ce que le rappeur voulant posé dessus se doit d'épouser l'instru et non l'inverse. A terme, chacune des instrus peut exister d'elle même en tant que tracks à part entière. Chacune d'entre elles constituent un univers, des influences et un feeling unique à chaque fois. Du bon. Tout simplement.

Je reçois un paquet de mail (plus de mail que de commentaires...) certain me demandant la pertinence de la promotion des beat-tape. Pour répondre assez franchement, la diffusion de ces projets est à mon sens un moyen de diffuser des productions de qualités provenant d'artistes amoureux de musique et désireux de faire partager  un art.

A titre perso, je recommande chaudement l'écoute de ce type de projet pour le coté intimiste et relaxant qui s'en dégage. Exemple con, votre meuf/mec vous prend la tête, votre patron et son haleine de chacal paie en postillon pendant une heure; vous sortez de 3 heures éreintante en amphithéâtre... Puis quand vient la délivrance. Casque sur les oreilles, Cowon ou Ipod dans la poche. Vous vous accordez un moment privé avec du bon son; sans lyrics dénué de sens ventant des grosses fesses flasques, des billets verts ou la dernière Mercedes à la mode. Non; dans votre esprit s'installe le "chill effect" et un projet comme Abscrete vous permet finalement de vous réappropriez la musique tout en étant happée par divers univers.

En définitive, si vous êtes amateur de Hip Hop et que vous voulez découvrir les talents dont regorge l'hexagone, télécharger sans plus attendre Abscrete et faites en la promo autour de vous. La diffusion des bonnes Vibes étant un devoir quand on se prétend aimer l'art de rue. Go ahead !

Download : Abscrete sur Bandcamp

Plus d'info sur 7even Sun sur Myspace et Facebook

dimanche 25 mars 2012

Reprises et Sample en Musique [Episode 8] Disiz sample Outkast

Reprise and Samples is back for your ears. Au menu cette semaine, point de sample mais une grosse inspiration qui fait bien plaisir. Voyez vous, Disiz la peste (ah, faut dire Disiz tout court ?) est un rappeur apprécié dans ses pages. Ainsi, quand ce dernier à la brillante idée de repomp... de s'inspirer de l'intro du 1er album d'Outkast : Atliens. Il en ressort un excellent titre ayant pour thème les filles faciles.

Au départ je peste devant le manque de créativité maladif du Rap français (le refrain est un pompage sans nom...) Puis, une fois la surprise passée. Force est d'admettre qu'il s'agit d'une bonne initiative, dans la mesure ou finalement Disiz se réapproprie l'instru en l'accompagnant d'une thématique en accord avec la mélodie. Nuff Said, just listen.






Bonus

mardi 13 mars 2012

Disiz - Toussa Toussa [Brand New]

Il parait que Disiz refait du Rap ? Excellente nouvelle, le Rock c'est sympa quand ont sait en faire n'est ce pas ? Bref, Lucide le prochain EP de Disiz sort le 26 mars. On va suivre ça de très près et on patiente avec "Toussa Toussa", 1er extrait officiel.

Youssoupha - Noir Désirs [Chronique]

"L'heure de la réconciliation" ?

Je n'aime pas le Rap Français. Ou du moins je peine de plus en plus à me retrouver dans les productions actuelles. Triste constat quand ont sait que ma carrière d'auditeur à commencer avec le Rap français des années 90. La chance d'avoir un grand frère "dans le move" ma donner assez jeune (7 ans environ) ce sens du "son", en appréciant : Assassin, NTM, Secteur A, Solaar, Fabe, Time Bomb, Expression Direkt, Beat 2 Boul ou Ideal J. Pour étendre mon champ musical, j'avais par chance accès à MTV où le fameux: Yo! diffusé bien tard le soir faisait déjà naître des envies de voyages aux pays d'Obama. Bref; entre mon frère, grand lecteur de R.E.R et la véritable énergie qui se manifestait autour du mouvement rap. J'avais l’impression qu'il se passait quelques choses de grand. En définitive toutes ces choses m'ont donner l'occasion d'apprécier pleinement l'apogée du Hip-Hop en France. Alors que le Rap et le Rnb balancait du lourd, la profusion de collectifs et de maxis (il est loin le temps glorieux des cassettes). Début des années 2000 mon avis était tranché: le Rap français avait un niveau équivalent au Rap US.

Puis peu à peu, années après années. Avais je l'impression que l'état d'esprit général du rap mutait devant nos yeux impuissant ? Où ? Comment ? Pourquoi ? Les blocks party étaient toujours aussi nombreuses et bien animées, la volonté de s'en sortir des activistes intact, le matos utilisé en studio était similaire aux grosses maisons US. Pourtant, en regardant mes "Hip Hop heroes" avec recul. Je constatais que quelque chose avait changé. L'egotrip en abondance, les thèmes génériques, les arrangements sans aucune originalité, l'absence de charisme de la nouvelle génération, le bagout transpirant de suffisance et d'étroitesse d'esprit. La grande différence entre les années 90 et notre époque, c'est que l'auditeur avait à sa disposition un son dénué d'aseptisation et de ficelles faites pour plaire aux radios. Ce son  existe encore aujourd'hui, mais la différence c'est qu'il demande dorénavant un travail d'investigation de l'auditeur pour le trouver (internet, boutiques spécialisé, crazysongz etc). Un mal pour un bien, puisque jamais le Hip-Hop na connu autant de diversité. Pourquoi ai je alors l'impression que le rap a garder la forme en perdant le fond ?

"Les temps changent", comme le disait Solaar. En une décennie, j'ai la désagréable impression de causer comme un vieux connard élitiste. Mais non. Bien qu'une part de moi soit clairement blasé devant la pauvreté et le manque flagrant de créativité de la scène française (entre les "Weezy wannabe"et les "50 Cent du 92"). J'écoute toujours avec une oreille curieuse 88.2 pour écouter les soit disant tueries balancées par Pascal Cefran...

En passionné de musique et de nature assez ouverte. C'est dans une période où Lord Finesse, Oasis et Jamiroquai domine la playlist de mon baladeur; que j'écoute sans lassitude le dernier album de Youssoupha. Youssoupha rappeur dont j'aimais la plume mais qui manquait cruellement de mordant en terme de punchlines à mes yeux. Après la polémique avec Eric Zemmour puis l'excellente digitape "En noir et Blanc", dire que son futur opus était fortement attendu par les amateurs est un euphémisme grossier.

Le buzz (qui soit dit en passant est un terme employé depuis des années dans le Rap Game US et bien entendu par toutes les boites de com) eu un effet positif sur ma personne. Je me foutais du Rap français, je me foutais de Youssoupha vs Zemmour pourtant, le buzz et la curiosité aidant (le titre "Menace de mort") j'attendais à mon tour le fameux projet.

Noir Désir, 3ème album de mon compatriote du Zaïre est un album intelligemment construit.  À la différence des deux précédents albums; Youssoupha; toujours sur le label Bomaye; pose ses textes de façons totalement décomplexé le tout couplé à une plume criante de sincérité. L'album commence d'ailleurs sur "l'Amour" qui flirt entre egotrip dosé et beat minimaliste qui monte crescendo petit à petit. L'autoproclamé "meilleur rappeur de France" met la barre haut dès le départ. What's next ?

La suite de l'album est un exemple de maîtrise. Fluide, homogène, varié et surtout cohérent sur plus de 18 tracks. Ce troisième opus est une réussite. On appréciera les quelques prises de risques comme le single "Histoires vraies" en duo avec Corneille, la colère savamment maîtrisée d"Irréversible", l'intimité familiale sur "Les disques de mon père" sur fond de rumba, le dubstep sur "La vie est belle" avec le spokenword de Kery James en fin de piste. Mais n'oublions pas la pépite "Espérance de vie", véritable cri du coeur poignant d'authenticité.

Cette authenticité et cette proximité, Youssoupha l'a depuis ses débuts et nous l'a fait partager depuis des années. Par soucis d'authenticité, le nombre de featuring est faible mais le peu d'invité: Lino/Shurik'n sur le remix de "Poids plume", Taipan sur "B.A.O" et Sam's et S-Pi sur les excellents freestyles "Gestelude 1 et 2 "garantissent une nouvelle fois un résultat final plus que satisfaisant.

Plus haut je me demandais comment et pourquoi le rap français avait tant changé. Je pense que nous manquons d'artistes osant se mettre à nu et  à ouvrir leurs coeur. Nous avons besoin de cette authenticité. Ce désir de dire les choses sans tomber dans la dénonciation et la victimisation. L’intelligence des mots et la conscience de l'impact sur chacun de nous. ND est l'album qui ma rappelé pourquoi j'ai aimé le rap français et pourquoi je ne l'aime plus aujourd'hui. Le constat est pour moi sans appel, Noir désir est un album marquant dans l'histoire du Rap français. Sur le plan de l’introspection pur, sa construction me rappelle fortement "Si c’était à refaire" de Kery James, classique du Rap conscient. Avons nous affaire à un classique avant l'heure ?  À vous d'en juger; cependant il sera très difficile de faire mieux en 2012 soyez en sur.

Avant ce troisième album de Youssoupha, j'étais blasé du Rap français. 18 tracks plus tard j'ai de nouveau de l'espoir. Juste merci.

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...